UNE DÉCISION STRICTEMENT POLITIQUE

Publié sur cyberpresse.ca dans le cadre de La Presse Débats, le 24 mai 2011 : Stephen Harper a maintes fois démontré que, avant d’être un homme d’État, il est un rude politicien. Il est évident que la fin des allocations aux partis politique fédéraux nuira avant tout au Parti libéral et au Bloc québécois et il le sait. On peut donc conclure que le pourquoi de cette décision n’a rien à voir avec l’état des finances publiques ou avec la liberté des électeurs à donner à qui ils veulent, mais tout à voir avec la politicaillerie d’une autre époque. Toutefois, il est important de mentionner que le financement public des partis politiques fédéraux a été mis en place par Jean Chrétien suite au scandale des commandites. Ce dernier savait lui aussi ce qu’il faisait. Il faut également mentionner que Stephen Harper n’a pas caché son jeu. Tout au long de la campagne électorale, il a été consistent avec son message, à savoir que c’est ce qu’il ferait s’il était élu. Difficile donc de lui reprocher de faire ce qu’il a promis de faire. Ceci étant dit, le financement public des partis politiques fédéraux était une excellente mesure favorisant l’exercice de la démocratie. Il est dommage que la décision d’abolir les allocations aux partis en soit une strictement à caractère politique. Les Canadiens méritent mieux.

Laisser un commentaire

Copyright © 2017 · Tous droits réservés · Gaétan Frigon