MÊME DESTIN QUE LE BLOC?

Publié sur cyberpresse.ca dans le cadre de La Presse Débats, le 25 août 2011 :

Il est toujours difficile de prévoir ce qui arrivera à un nouveau parti politique. L’ADQ est le meilleur exemple de cette vérité. Arrivé aux portes du pouvoir, il s’est tout simplement écroulé pour devenir une entité négligeable. En principe, François Legault est l’antithèse du politicien. Homme d’affaires averti, il est capable d’analyser une situation avec un sens critique qui n’est pas la norme dans le monde politique. Personnellement, je crois qu’il va fonder son propre parti politique et qu’il connaîtra un succès surprise, soit en prenant le pouvoir, soit en devenant l’opposition officielle devant le Parti québécois. Et il y a peu de choses que Pauline Marois peut faire pour empêcher son propre bateau de couler. L’histoire démontre que le Parti québécois est une bête difficile à contrôler. Et il l’est d’autant plus que les purs et durs du début ont pris de l’âge et veulent un nouveau référendum le plus tôt possible avant qu’il ne soit trop tard pour eux. Ce n’est pas le pouvoir qu’ils veulent mais l’indépendance du Québec, oubliant que l’un ne va pas sans l’autre. Considérant, en plus, que Pauline Marois ne passe tout simplement pas la rampe auprès de la population en général, il se pourrait fort bien que le Parti québécois suive la route du Bloc québécois et finisse dans les bas-fonds de la politique.

Laisser un commentaire

Copyright © 2017 · Tous droits réservés · Gaétan Frigon