SEULEMENT LE VOLET ADMINISTRATIF

Publié sur cyberpresse.ca dans le cadre de La Presse Débats, le 1er septembre 2011 :

En éducation comme en santé, il s’est créé tellement de bureaucratie au cours des années que la disparition éventuelle de régies, agences ou commissions intermédiaires revient de temps à autre à l’ordre du jour et devient même un enjeu politique. Tout cela, à mon avis, vient de la centralisation au sommet de toutes les décisions importantes touchant l’éducation et la santé. En fait, la véritable autorité appartient et appartiendra toujours à celui qui a le pouvoir de taxation. En principe, les commissions scolaires sont bien plus proches des élèves et des parents que le ministère de l’Éducation peut l’être. Mais le gros de l’argent vient du gouvernement provincial. Et quand ce dernier a besoin d’argent, les fonctionnaires et les politiciens prennent un malin plaisir à accuser les gestionnaires des commissions scolaires de trop dépenser. Selon moi, c’est un peu la question de l’oeuf avant la poule ou de la poule avant l’oeuf. Les commissions scolaires ont leur raison d’être en fonction de leur proximité avec les opérations de tous les jours, mais perdent leur raison devant la centralisation des pouvoirs à Québec. Mais comme il serait illusoire de penser que les bureaucrates laisseront aller une partie de leur pouvoir, l’idéal serait que le mandat des commissions scolaires se limite aux aspects administratifs locaux, à savoir les aspects délaissés par les bureaucrates. Peut-être alors en aurions-nous plus pour notre argent.

Laisser un commentaire

Copyright © 2017 · Tous droits réservés · Gaétan Frigon